Conseil des quartiers Centre ville & Clos Langlois — 11 mai 2017 — Vitry-sur-Seine

Ce conseil de quartier débute vers 19h10, selon l’ordre du jour communiqué dans la convocation adressée par la mairie de Vitry-sur-Seine la semaine dernière :

  1. Échange sur le projet de rénovation urbaine Cœur de ville concernant les deux quartiers (PNRU) ;
  2. Informations et questions diverses.

Il regroupe exceptionnellement les quartiers Centre ville et Clos Langlois car ces deux quartiers se situent sur le périmètre du projet Coeur de ville (Programme National de Rénovation Urbaine Centre-ville – Robespierre – Capra).

La réunion est animée par les élus référents du quartier :

  • ◼︎ Dominique Étave, 2e adjointe au maire, déléguée à l’éducation, la restauration, au handicap, aux affaires familiales ainsi qu’aux travaux sur le patrimoine communal ;
  • ◼︎ Isabelle Lorand, 4e adjointe au maire, déléguée à la communication, à la vie de quartier, à la ville numérique et au point d’accès aux droits ;
  • ◼︎ Guy Labertit, 9e adjoint au maire, délégué à l’Économie Sociale et Solidaire, aux droits des migrants et à la promotion des cultures du monde.

Est également présent ◼︎ Albertino Ramael, conseiller municipal délégué à la culture scientifique et technique, à l’informatique aux archives. Une vingtaine d’habitants composent l’auditoire.

Dominique Étave souligne qu’il sera difficile à Isabelle Lorand d’arriver à l’heure « car elle travaille aujourd’hui ». Peut-être aurions-nous du faire observer que Madame Lorand n’est pas la seule personne à être soumise à des contraintes professionnelles et qu’une réunion publique programmée à 19 heures, en banlieue parisienne, ne facilite pas la participation.

La couleur du pictogramme ◼︎ rappelle le groupe municipal auquel appartient l’élu(e). D’autres informations sur les élu(e)s sont consultables dans l’observatoire citoyen, sur ce même blog.

◼︎ Dominique Étave restitue la synthèse du diagnostic, réalisé dans le cadre de la phase de concertation légale obligatoire du projet de réhabilitation Coeur de ville. Les éléments mentionnés ci-dessous correspondent donc aux souhaits émis par les habitants et identifiés lors de la concertation.

Économie et commerces

  • Commerces qualitatifs autour de la future gare Vitry-Centre du Grand Paris Express, par exemple dans le domaine culturel, pour faire écho aux équipement culturels déjà présents : MacVal, cinémas et théâtre Jean Vilar.
  • Le groupe Auchan envisage une restructuration (gros travaux) du centre commercial Simply Market (groupe Auchan, propriétaire du centre commercial et de certains commerces) et la galerie commerciale attenante (propriété d’Immochan, autre filiale du groupe Auchan). Ce projet n’est pas encore précisé à ce jour.
  • ◼︎ Guy Labertit déplore la situation concernant cet ensemble commercial, actuellement peu attractif. Il regrette également la rumeur indiquant que le centre commercial ne sera pas rénové tant que les travaux du quartier ne seront pas terminés, et précise que « les problèmes que [les habitants] subissent à Auchan ne viennent pas de la ville ». Pourtant, la ville de Vitry-sur-Seine dispose de nombreux leviers d’influence directe ou indirecte : stationnements anarchiques, véritable mixité sociale et économique, mobilisation politique et médiation auprès des deux propriétaires de cet ensemble commercial, etc.
  • Librairie à proximité immédiate de la future gare Vitry-Centre.
  • Commerces de proximité, accueillants et vivants, plutôt qu’une surconcentration de bazars et de commerces premiers prix.
  • Produits bio regroupés dans Simply Market (la possibilité d’un magasin bio sur la dalle Robespierre requalifiée a été envisagée), alors qu’aujourd’hui des Vitriots doivent aller sur Paris pour s’approvisionner en bio.
  • Cafétéria et Restaurant Inter-Entreprises.
  • Hôtel.
  • École du Web pour les 18-25 ans sans formation préalable, au niveau de l’ancienne agence BNP Paribas (propriété de la Semise).
  • FabLab pour les 9-12 ans, en accès libre et gratuit, sur la dalle Robespierre derrière les cinémas.
  • Développement économique, formation amélioration de l’habitat et qualité de vie.

Très Haut Débit

  • ◼︎ Guy Labertit souligne l’insistance dont j’ai fait preuve, au cours de nombreux conseils de quartier, concernant la nécessité de déployer la fibre optique dans la ville.
  • ◼︎ Albertino Ramael indique que des négociations ont lieu avec SFR et Orange et indique « que c’est en bonne voie ». Force est de constater, hélas, que les élus communistes tiennent ce même discours depuis des mois, pour ne pas dire des années. Le résultat est que Vitry-sur-Seine sera l’une des dernières grandes villes à proximité immédiate de Paris.
  • SFR s’est engagée pour déployer la fibre à 100% de la zone pavillonnaire et réutilisera pour cela le réseau ENEDIS. SFR a déposé une déclaration dans ce sens, ce qui n’est pas encore le cas d’Orange, engagée à ce même objectif de 100% mais pour 2022.
  • Au total, 70% du territoire de Vitry-sur-Seine devra être raccordé à terme à la fibre optique. Les zones disposant déjà d’un accès au réseau câblé ne devraient pas être raccordées à la fibre optique.
  • Le câble est moins intéressant pour les PME car le débit est très asymétrique, contrairement à la fibre optique.
  • De manière générale, il est assez surprenant de constater à quel point la maitrise du sujet des technologies du numérique est perfectible, chez les élus ayant reçu une délégation sur ces sujets. On se consolera en constatant que, enfin, les élus commencent à entendre la demande en fibre optique que les Vitriots émettent vivement depuis des années, déjà.
  • Ce PNRU serait l’un des seuls en France à inclure un lot dédié au numérique.
  • ◼︎ Dominique Étave mentionne les deux ateliers « Numérique en Coeur de ville » à venir. En outre lors de la récente ballade numérique, il est ressorti « qu’il fallait que le numérique soit au service de l’Homme, et pas l’inverse […] Et surtout, ça ne devait pas remplacer le côté humain des relations. Et ça, c’est important et nous, on y tient ! » Je fais alors observer que cet après-midi même, alors que je me suis rendu au service des archives, on m’a demandé de reformuler exactement ma demande… par email ! Ce qui est exactement le contraire de ce qui venait d’être dit.

Vie sociale et associative

  • Besoin de locaux pour le centre de loisirs Jean Moulin et pour les centres sociaux.
  • Le centre Germain Defresne a des locaux trop petits et à réadapter ou remplacer.
  • Les centres de loisirs sont pleins (Robespierre et Clos Langlois).
  • locaux pour les associations: le Sub qui génère des nuisances sonores (extérieurs) et olfactives dues a ses fréquentations.

Environnement

  • La nature en ville.
  • Besoin d’espaces pour les enfants et d’aires sportives telle que l’espace Kommer.
  • Diversité biologique importante au niveau des parcs, laquelle appelle à la construction de cheminements entre eux.
  • Faire apparaitre la source alimentant le parc Joliot Curie.
  • Une source est observable au travers des grilles du nouveau collège Monod.
  • Il y a sept sources au total à Vitry-sur-Seine dont la moitié qui sont exploitables (alimentées toutes l’année et qu’il est possible de faire émerger).
  • La source du Parc du Coteau n’est pas exploitable.
  • Rappel : il est interdit de nourrir les pigeons.
  • Proposition sur le parking « repère de brigands » (Mario Capra) pour le refaire avec de la verdure et proprement (à discuter avec l’OPH).
  • Plus aucun produit phytosanitaire n’est utilisé à Vitry-sur-Seine depuis 2008.

Mobilités et stationnement

  • Faciliter les déplacements à pied et à vélo.
  • Vitry-sur-Seine est enfin inscrite dans le programme pour les vélos en location (35 000 EUR par an et par station).
  • Une piste cyclable de Vitry-sur-Seine à Paris est envisagée.
  • Une étude est en cours sur l’amélioration du stationnement des voitures.
  • Les locaux de la Semise, dont les parkings, ne sont pas entretenus. Plus précisément en ce qui concerne le parking Robespierre :
    • l’abonnement mensuel coûte 65,27 EUR alors que ce parking est dégradé et très insuffisamment entretenu ;
    • intérêt pour équiper ces parkings avec une vidéoprotection ;
    • puits de lumière toujours en attente depuis de nombreuses années.
  • Aménagement du début de l’avenue du Général Leclerc pour éviter les stationnements sauvages dans le virage : cela dépendrait du département.
    En outre, le stationnement est anarchique sur la partie impaire où les voitures ne peuvent pas se garer en épis, à hauteur du coiffeur. Un habitant suggère de résoudre ce problème en transformant toutes les places en stationnements en épis, pour qu’elles aient cette configuration tout du long. Selon lui, également, il ne faut pas que cette rue passe en sens unique.
  • Concernant l’avenue Roger Derry, un habitant fait observer que des embouteillages seront à prévoir quand le bus sera en service. Pour éviter les stationnements sur les trottoirs qui entravent la circulation des piétons, il est évoqué la mise en place de plots.

Déchets

  • Concernant la collecte pneumatique, j’interroge les élus concernant les sécurités éventuellement mises en place, afin d’empêcher de déposer des êtres vivants (bébés, enfants, animaux). Ce à quoi l’on me répond qu’il est « impossible de mettre un être vivant à l’intérieur » et que je devrais visiter le centre de collecte pour comprendre que cela n’est pas possible. Pourtant, le service environnement de la mairie de Vitry-sur-Seine a confirmé que ce cas de figure n’était pas prévu.
  • Les élus indiquent envisager des alternatives à la collecte pneumatique pour les autres secteurs.
  • Un habitant se plaint au 42-44 rue Audigeois de dépôts d’encombrants réguliers et propose d’y installer une benne, ce à quoi les élus répondent que cela risque d’attirer davantage d’encombrants.
  • Les dépôts sauvages coûtent 600 000 EUR par an à la commune.
  • Je demande quelle est la responsabilité pour la ville quand les rues sont dégradées par les camions poubelles, principalement par endroits. Les élus me répondent que les rues ne sont pas dégradées par les camions poubelles, sans justifier davantage leur réponse.
  • La réparation des rues du quartier Clos Langlois devra attendre la fin de l’emprise du chantier [NDLR : jusqu’en 2018].

 

Prochaine réunion certainement pour septembre avec des propositions qui seront faites secteur par secteur.

Attribution des images: Christophe Jaubert.

Print Friendly, PDF & Email